Dans ma poursuite de réduire mon matériel photo, j’ai commandé un Fuji X100F pour le tester lors de mon dernier voyage en Bretagne. Au programme, une section du GR34 le long de la Côte d’Émeraude, de Saint-Malo à Sables-d’Or-les-Pins. Rapide retour d’expérience sur la prise en main de cet appareil.

L’exemplaire dont je vous parle ici est celui de Bernard Michez de Fujifilm Europe. Je l’ai reçu en prêt pour ce projet en attendant que mon propre exemplaire, acheté avec mes deniers, arrive en stock ;). Merci pour la confiance dont il a fait preuve en me prêtant son propre appareil alors que je ne garantissais pas son intégrité :D. Merci aussi à Marko de Studio Francine, à Bruxelles, qui s’est débrouillé pour me trouver ce plan B et que je ne doive pas modifier mon projet.

Prise en main du Fuji X100F

N’ayant reçu cet appareil que la veille de mon départ, je n’ai eu aucune marge pour une quelconque période d’acclimatation. Heureusement, le X100F est assez intuitif. Au delà de tout ce qu’implique l’apprentissage d’un nouvel appareil, j’ai surtout dû me réhabituer à l’autofocus ! On peut bien évidemment ne pas l’utiliser, mais nous y reviendrons !

Ergonomie

Merci à Fred d’avoir pris cette photo, j’avais pas assez de mains :D.

L’ergonomie ne diffère pas beaucoup de celle d’un rangefinder argentique. J’ai entendu certains le comparer à un Leica. Je trouve qu’il est plus proche d’un Yashica. Soit, ce n’est qu’un détail ;). L’important, c’est que c’est un chouette format. Il est compact sans être trop petit, et tient bien dans la main. L’utilisation d’un repose-pouce doit apporter davantage de confort mais je n’en ai pas ressenti le besoin à vrai dire. Peut-être si on l’utilise à une main façon « point and shoot ».

Positionnement des contrôles

J’aurais peut-être dû prendre les poussières avant, non ?

La position des contrôles est assez bien pensée. Comme toujours il y a des points d’amélioration mais globalement, je n’ai eu aucun mal à me faire aux positions des différents boutons et molettes.

Je soulève quand même un point que j’ai reproché à quasi tous les appareils que j’ai eus en main : le réglage de la dioptrie est une fois de plus trop facile à accrocher par inadvertance ! Je porte principalement l’appareil en bandoulière. Combien de fois n’ai-je pas été dans la situation où, lorsque j’approche l’appareil de mon œil, et je réalise que je ne vois rien car j’ai déréglé la dioptrie en accrochant la molette dans mon sac ou ma veste.

Le réglage de la dioptrie, c’est la petite roulette sur le bord gauche. Facile à accrocher par inadvertance !

Même chose avec le sélecteur de mode de mise au point cela dit ! Plusieurs fois il m’est arrivé de vouloir prendre une photo rapidement mais de la rater parce que le mode de mise au point avait changé sans que je ne le veuille. Juste parce que le sélecteur a été accroché quelque part.

Le sélecteur de mode de mise au point aussi est facile à accrocher. Ça m’est arrivé plusieurs fois déjà.

En tous cas, je sais déjà que sur mon appareil, il y aura un morceau de tape pour empêcher cela, mais c’est dommage d’avoir à recourir à ce genre de système D.

Je pense aussi à la bague de diaphragme qui est relativement étroite. Si il est assez facile d’ouvrir le diaphragme, tourner dans le sens inverse pour le fermer est moins évident. C’est sûrement une question d’habitude, et vu la compacité de l’objectif, c’est probablement un mal nécessaire. On ne peut pas tout avoir ;).

Il ne faut pas des trop gros doigts, mais c’est normal quand on veut un matériel compact.

Une idée que j’aime beaucoup, c’est que les molettes avant et arrière peuvent être non seulement « tournées » mais aussi « pressées ». Plutôt qu’ajouter 36 boutons partout, je trouve cette solution très élégante.

Les molettes ont différents comportement selon si elles sont tournées ou pressées. Ce qui permet d’avoir beaucoup de contrôles sans trop de boutons :).

La visée est très agréable, autant en OVF qu’en EVF

En OVF, donc en visée optique, un cadre corrigé vous permet de ne pas vous faire avoir par la parallaxe habituelle aux rangefinders, alors qu’un petit carré en bas à droite du viseur permet de vérifier la mise au point. Ce n’est pas encore aussi confortable et rapide qu’un télémètre (du moins pour moi), mais c’est vachement bien pensé et efficace ! En EVF, c’est simple : l’image est tellement claire que j’oubliais par moment que j’utilisais une visée électronique !

Edit du 10 mai 2017 : j’ai découvert l’option « diviser » dans l’assistance à la mise au point. Pour les fans du split screen de nos vieux réflex argentiques et autres, c’est top ! Et à défaut de télémètre, c’est ce que je vais utiliser maintenant :).

Mise au point

J’utilise principalement la mise au point manuelle sur tous les appareils que j’ai. En tout cas quand je suis autour des 35mm-50mm. Dans certaines situations, ça me bloque parce que je n’ai pas les 2 mains libres. Donc, ça m’arrangeait d’avoir accès à l’autofocus sur le X100F.

En ce qui concerne cet autofocus, j’ai remarqué qu’il avait parfois des ratés, ou qu’il faisait quelques aller-retour dans certaines circonstances que je n’ai pas encore bien identifiées. Ça sera peut-être amélioré dans une mise à jour du firmware. Après, franchement, ça représente moins de 5% des shots que j’ai pu faire donc ça ne m’inquiète pas de trop. C’est juste dommage.

Pour ce qui est de la mise au point manuelle, elle fonctionne bien mais j’ai un peu de mal avec le fait qu’il n’y ait pas d’arrêt sur les distances minimum et maximum. Sûrement une question d’habitude, cela dit.

J’aime beaucoup l’affichage de la profondeur de champ sous forme d’une échelle dans le viseur ! C’est très pratique et bien intégré.

Chargement des batteries, accès, et autonomie

Une autre idée que je trouve sympa, c’est de permettre de charger la batterie directement dans l’appareil en utilisant le port micro-usb. Je peux même utiliser une batterie externe pour cela, ce qui est un plus quand on voyage sans être certain de rencontrer une prise électrique avant un bon moment. Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin et ne pas ajouter ce port micro-usb sur le chargeur lui-même ? Ça éviterait de devoir acheter un chargeur d’une marque tierce pour pouvoir le faire.

D’ailleurs, tant que l’on parle de la batterie, la trappe n’est pas accessible quand on utilise un plateau pour trépied. Vivement que quelqu’un sorte un grip pour cet appareil, parce que je ne me vois pas visser/dévisser mon plateau rapide à chaque changement de batterie. Parce que même si les nouvelles batteries de Fuji tiennent « plus longtemps », je n’ai pas passé une journée sans devoir en changer au moins une fois.

Sous le capot

Je ne vais pas m’attarder sur la résolution. C’est 24MP et put*** que c’est grand ! 😀 Ça donne des fichiers de 6000×4000, une belle base de travail ! Y a de la marge pour recadrer si c’est le genre de truc que vous aimez faire.

D’ailleurs, Fuji en profite pour permettre d’utiliser un crop mode (digital teleconverter) pour émuler un 50mm et un 75mm. Ce qui est frustrant, c’est qu’on ne peut pas les utiliser quand on travaille en RAW, même en RAW+JPG. Et ça, je ne comprends pas pourquoi… Enfin soit, j’ai choisi le X100F parce que je voulais un équivalent 35mm après tout.

Émulation de film

Astia est un de mes films préférés !

L’émulation de film est quand même franchement sympa ! Bon, c’est pas le truc qui va changer ma façon de travailler dans le sens où j’utilise les presets VSCO dans Lightroom, mais pour quelqu’un qui n’a pas encore investi dans ces packs de presets, c’est un avantage puisque les profils de plusieurs films iconiques de Fuji sont intégrés dans les RAW. Mais à quand le Neopan 1600 ?! 😀 (please !!)

Workflow

En parlant des RAW, ils sont énormes ! La plage de récupération dans les lumières hautes et basses est top. C’est vraiment un plaisir de travailler sur ce genre de fichiers. Par contre, à ce jour, les RAW du X100F ne sont pas supportés sur iOS. Donc si vous utilisez comme moi l’adaptateur SD-Lightning pour importer des RAW sur votre iPhone ou iPad, il faudra attendre :/.

Edit du 10 mai 2017 : Les RAW du X100F sont bien supportés sur iOS ! Ce qui n’est pas supporté (tant que maintenant) ce sont les RAW compressés (c’est une option dans le menu, on peut choisir entre RAW non compressés et RAW compressés sans perte). Bref, tout va bien de ce côté là :).

Autre point du workflow, c’est le travail avec l’app sur iOS. L’app fonctionne très bien et est fiable. C’est déjà une très bonne chose en soi. Mais pourquoi y a-t-il cette déconnexion systématique au changement de mode ? Au niveau utilisabilité, c’est une plaie ça. J’espère qu’il s’agit d’un bug ou quoi parce que comparé aux apps des autres marques que j’ai utilisées jusqu’à présent, je n’ai rien croisé de tel.

Autre chose ?

Il y a 2 choses que je ne comprends pas dans la politique de Fujifilm. Et je dis bien que je ne les comprends pas. Je ne critique pas.

La première, c’est cette tendance à sous-estimer la demande et donc à créer une attente massive. J’attends mon exemplaire depuis 2 mois maintenant. C’est long, surtout quand l’attente était annoncée à une dizaine de jours. Il s’agit de la 4e itération de la série X100 qui est un appareil phare dans cette gamme. Avec des améliorations comme le passage à 24MP et le nouveau processeur, ça ne fait pas un pli que la demande va être large. Mais malgré tout, le stock arrive au compte-goutte. Pratique marketing ? Principe de précaution ? Si vous avez la réponse, je suis demandeur !

Edit du 10 mai 2017 : Bernard Michez de Fujifilm Europe a répondu à ma question. Selon ses dires, le lancement du X100F a bel et bien été plus fulgurant que celui des itérations précédentes (S, T). Il y a donc eu une sous-estimation de la demande tant au niveau de la Belgique qu’au niveau mondial. Bref… en ce qui me concerne, je viens enfin de recevoir mon exemplaire !

La deuxième, c’est cette façon de sortir un appareil à un temps T, et des mois plus tard il n’y a toujours pas tous les accessoires nécessaires. Je pense notamment au grip MHG-X100 qui n’a toujours pas été mis à jour pour le X100F, laissant la porte ouverte aux marques tierces alors que l’on sait qu’une grande partie des utilisateurs du X100F vont acheter cet accessoire.

Enfin bref, fallait que je le dise :D.

Conclusion

Bon, il peut sembler qu’il y a beaucoup de points noirs. Ce n’est pas le cas du tout ! Je l’ai déjà dit dans d’autres reviews, je suis un utilisateur exigeant (comprendre « chiant » si on veut mais toujours dans l’idée de faire progresser le produit). Et après 2 semaines d’utilisation, je suis persuadé que j’ai fait un bon achat.

Une des questions que l’on m’a plusieurs fois posées, c’est si je suis content du passage au X100F par rapport à mon kit précédent (Olympus PEN-F, Voigtlander 17.5mm f/0.95). C’est une question difficile parce qu’il y a tellement de choses à prendre en compte.

Si la qualité est clairement au rendez-vous, il va me falloir encore un peu de temps pour être aussi à l’aise et productif qu’avec mon kit précédent. C’est au niveau de la réactivité que je reste un peu sur ma faim. Mais j’ai peur de m’avancer un peu en disant que le X100F n’est pas aussi réactif que mon autre matériel pour plusieurs raisons.

  • La première, c’est que ça reviendrait à comparer des pommes et des poires. Le X100F coûte environ 1400€ et pèse plus ou moins 440gr, le couple PEN-F/Voigtlander coûte toujours autour des 2200€ et pèse plus du double.
  • La deuxième raison, c’est que j’ai passé 1 an avec le PEN-F, 2 ans avec le Voigtlander, et que je les maitrise relativement bien, alors que je n’ai pas utilisé le X100F plus de 2 semaines.
  • Et puis le X100F n’a pas la même vocation. Il m’a fait revenir aux bases dans ma façon de travailler, et à certaines bonnes pratiques que je trouve pourtant logiques et indispensables à appliquer quand je sors avec de l’argentique.

Ce qui est certain, c’est que le X100F sera dans mon sac pour un bon moment ! Et je crois qu’on va bien s’entendre tous les deux ;).

Bonus : GR34 / Côte d’Émeraude

Allez, assez parlé technique, voici quelques photos prises avec le X100F sur la section du GR34 entre Saint-Malo et Sables-d’Or-les-pins. Je suis assez content du résultat. Vous en pensez quoi ?

Saint-Malo à marée haute et au petit matin

Une partie du brise lame de Saint-Malo

Cathédrale de Saint-Malo, j’aime beaucoup la douceur du contraste !

La Cité, une partie de Saint-Malo sur le chemin vers Dinard

Cimetière de Saint-Servan, le bokeh est vraiment « crémeux »

Cimetière de Saint-Servan

Barrage de la Rance

Vers Dinard

Arrivée à Dinard

Allez un petit noir et blanc, fallait bien tôt ou tard 😉

Plage de Saint-Sieu à Lancieux

Juste parce que j’aime bien la lumière

Un endroit paisible

Port Nieux, dans la Baie de la Fresnaye

Près de la Pointe de la Cierge

Calme plat, près de la Pointe de la Cierge

Voilà voilà, n’hésitez pas si vous avez des questions, des remarques, quelque chose à ajouter !