Quand on pense aux accessoires que tout photographe devrait avoir, on oublie souvent à quel point une bonne sangle est importante.

La Carry Speed CS-Pro MK II est-elle la sangle photo qu’il vous faut ?

J’ai rédigé cet article en février 2014. Depuis, la sangle n’est plus disponible à la vente et je n’ai à vrai dire plus rien vu d’actif de la part de Carry Speed. Je laisse cependant l’article en ligne pour ceux qui, on ne sait jamais, voudraient acheter cette sangle sur le marché de l’occasion.

La Carry Speed CS-Pro MK II en un coup d’œil

La CS-Pro MK II est une sangle en nylon et néoprène munie d’un plateau C3 en métal. Rien à dire sur la qualité de facture et les matériaux choisis, on est dans du haut de gamme.

Elle est assez large au niveau de l’épaule et offre de ce fait une bonne répartition de la charge. Quelques trous d’aération ont été prévus pour permettre à l’épaule de respirer.

Carry Speed CS-Pro MK II

Au niveau de l’appareil, l’installation du plateau C3 nécessite un tournevis (ou une pièce de 5 centimes d’euro). Une rotule placée sur le plateau sert à fixer l’appareil à la sangle, il faut une tige métallique ou une clé allen pour serrer cette rotule.

Carry Speed plateau C3

En général, on ne touchera à ça qu’à l’installation. Mais si vous prévoyez de changer de boitier en cours de route, pensez à avoir ces outils en poche.

Le plateau C3 offre 7 pas de vis, on peut donc fixer simultanément la rotule et un plateau rapide. J’ai testé avec un plateau RC2 (Manfrotto) et un Arca Swiss, aucun problème.

Carry Speed plateau C3 montéCarry Speed plateau C3 monté avec plateau RC2Carry Speed plateau C3 monté avec plateau RC2 de face

À noter par contre que si vous utilisez un grip, vous perdrez un peu du confort en prise verticale. On ne peut pas tout avoir.

Sur le terrain

Au delà de la qualité de fabrication, une sangle n’est bonne que si elle est adaptée à ce que l’on fait comme photo et au matériel qu’elle doit soutenir. Si vous faites uniquement du paysage, il n’y a pas lieu d’investir dans la même sangle que si vous êtes photographe d’événement par exemple.

J’utilise un Canon 6D avec grip. Quand je fais de la photo urbaine, j’utilise soit un 28mm 1.8, soit un 50mm 1.4. Le tout pèse à peu près 1.6Kg, ce qui est relativement conséquent. En événement, j’utilise souvent un Sigma 70-200mm 2.8, ce qui monte la charge à 2.5Kg environ. Et en paysage, j’utilise soit le 28mm, soit le 70-200mm avec un trépied.

Cela fait 3 utilisations totalement différentes dans lesquelles j’ai testé pendant plusieurs mois la sangle Carry Speed CS-Pro MK II en remplacement d’une sangle standard.

En rue

J’essaie de photographier principalement des situations qui impliquent des gens. Je préfère donc toujours avoir l’appareil prêt et à portée de main parce que le bon moment est vite passé.

Avec 1.6Kg de matériel, une sangle standard peut très vite devenir désagréable pour la nuque. Transpiration, irritation, fatigue. La CS-Pro règle très bien ces problèmes grâce à la répartition de la charge sur toute l’épaule. Résultat, je passe une journée complète sans ressentir la moindre fatigue.

Dans cette configuration, je pense que la sangle de Carry Speed remplace très bien une sangle standard. C’est juste plus compliqué de changer d’objectif (avec la sangle standard, le boitier est en parfaite position pour ça), mais je n’en change pas souvent dans cette situation.

En événement

En événement, je veux aussi pouvoir déclencher à tout instant, mais à la différence de la situation précédente, j’utilise un matériel parfois plus lourd, et surtout pendant plus longtemps.

Pour ce qui est des détails, aucune différence. Je note juste que malgré les 2,5Kg de matériel sur l’épaule pendant plus de 8h, je ne ressens aucune gêne ni fatigue. Par contre, la matière prend vite la chaleur et les trous d’aérations ne suffisent pas à éviter la transpiration.

Entre parenthèses, sur le packaging de Carry Speed, on peut voir un exemple de placement pour un 70-200mm, à savoir le plateau C3 sur l’objectif, et le 2e support fixé au boitier. C’est très confortable et bien équilibré, mais changer d’objectif prend alors une toute autre dimension. Il vous faudra retirer le support du boitier, retirer le plateau C3 et le placer sur le boitier, et enfin changer d’objectif… Bref, après avoir suivi cette démarche 2 fois, j’ai préféré laisser le plateau C3 sur le boitier même avec le 70-200mm et ça ne pose aucun problème.

En randonnée (notamment pour du paysage)

Contrairement aux deux situations précédentes, quand on fait du paysage, on utilise un trépied. Là, je dois dire que la CS-Pro m’a semblé moins adaptée. Si la rotule elle-même ne gêne pas la pose sur un trépied, il faut néanmoins détacher l’appareil de la sangle. Ce que je n’aime pas des masses quand je pose mon trépied sur des rochers ou au bord de l’eau.

Compatibilité avec les sacs

La sangle standard n’a jamais posé de problème pour une utilisation avec un sac à dos. Bien réglée, la CS-Pro non plus. Je l’ai utilisée pendant deux semaines avec un Lowepro Flipside 300, ça fonctionne plutôt bien : aucune gêne, et une totale liberté de mouvement.

Ce n’est malheureusement pas le cas avec les sacs de type « sling bag ». Ce n’est pas confortable, ou alors je m’y prends mal… Que le sac soit au dessus de la sangle ou vice versa, les deux glissent l’un sur l’autre. Bilan, vous passez plus de temps à remonter votre sac ou votre sangle qu’à profiter du paysage.

Quand vous pouvez vous le permettre, l’idéal reste un sac messenger léger avec vos quelques accessoires. Portez le croisé sous la CS-Pro et c’est super !

Ha ! Détail pratique : si vous utilisez un grip, le plateau rend difficile le rangement du boitier dans certains sacs photo, notamment à cause du dépassement de la rotule. Souvent, il suffit de réfléchir un peu et de tourner différemment l’appareil (facile pour les fans de Tetris).

Quelques points d’attention

  • Un inconvénient de la rotule, c’est qu’on ne peut plus poser l’appareil à plat sur le sol ou une surface plane. Et quand je n’ai pas de trépied avec moi et que je veux faire une pose longue, ou que je veux prendre une photo au ras du sol, c’est gênant. (Les modèles de plateau C3 plus récents ont une rotule pivotable, ce qui résout ce soucis.)
  • Dans tous les tests, on vous dit que vous ne transpirerez pas avec cette sangle. Et en effet, ils ont prévu des trous d’aération pour permettre à l’épaule de respirer. Je peux dire qu’à Marseille en juillet, je n’ai pas été convaincu par cet argument.
  • Je n’ai encore jamais eu de problème, mais j’aurais préféré que certaines pièces soient en métal et non en plastique, compte tenu de la valeur du matériel qui pend à la sangle, et du prix de celle-ci.
  • En conditions sportives, je ne l’ai jamais essayée mais j’ai un peu peur que l’appareil ne balance de trop malgré la possibilité de le remonter en réglant la sangle pour éviter ce balancement.

En bref

Avantages

  • Bonne fabrication et matériaux solides ;
  • Plateau C3 avec 7 pas de vis permettant de fixer la rotule et un plateau rapide ;
  • Sangle large qui répartit bien la charge sur toute l’épaule ;
  • Fixation solide et vissée qui rendent le vol difficile.

Inconvénients

  • Petite perte de confort avec une poignée grip ;
  • Incompatibilité avec un sling bag ;
  • Impossibilité de poser l’appareil à plat (dépend du modèle de plateau C3) ;
  • Pas pratique quand on utilise un trépied.

À refaire, je pense que je prendrai toujours cette sangle, mais que je la réserverais à des situations pour lesquelles je ne dois pas prendre tout mon matériel. En voyage, ça rend les choses plus compliquées puisque je dois prendre mon sac complet avec moi. Mais en rue ou lors d’un événement, la sangle Carry Speed CS-Pro MK II est idéale pour ne pas se fatiguer et pouvoir réagir dans la seconde.

Avez-vous cette sangle ou pensez-vous l’acquérir ? Un conseil, une remarque, une question ? Les commentaires sont là pour ça !